IPB

Suivre @Cyberbricoleur

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

2 Pages V   1 2 >  
Closed TopicStart new topic
> Sécurité des électriciens
Invité info-sécurité
* 25/07/2007 - 12:32
Message #1





Invités






Flash électrique haute tension - Avril 2006

Le 26 avril 2006, un électricien d’une entreprise utilisatrice (électricien A) commence sa faction en milieu de journée, alors qu’un arrêt de maintenance technique prend fin sur le site. L’électricien A, sans être pressé par le temps, est chargé de réaliser les déconsignations des installations sur lesquelles les travaux sont terminés. Cela comprend notamment la remise en circuit d’un disjoncteur de 6 500 Volts (domaine Haute Tension), consigné précédemment par un autre électricien du site (électricien cool.gif. Lors de la consignation de l’installation, l’électricien B a positionné des tresses de mise à la terre, mais n’a pas signalé cette mise en sécurité. Lors de la déconsignation, l’électricien A ne voit pas les tresses de mise à la terre et réenclenche le sectionneur. Un flash électrique se produit, conséquence d'un court-circuit phase/terre : l’électricien A est atteint et projeté en arrière, les installations électriques sont largement endommagées (fusion des câbles, jeux de barres et cadenas). L’électricien A est brûlé au premier degré au cou, au visage et aux mains côté gauche (aucune lésion oculaire ni cardiaque).







L’accident est survenu alors que l’électricien A intervenait seul sur un circuit haute tension



Analyse des risques :

- l’électricien A n’était pas habilité à travailler sur le domaine HT,

- il ne portait pas les E.P.I. spécifiques lors de la déconsignation (alors qu’ils étaient disponibles dans la cellule électrique et vérifiés régulièrement par lui-même),

- il n’a pas effectué les vérifications concernant les mises en sécurité avant de déconsigner.



Cet accident soulève trois problématiques :

- les compétences et la sensibilisation des personnels électriciens (connaissance de leur propre niveau d’habilitation, des moyens de protection à utiliser contre les risques de leur métier),

- la non prise en compte des habilitations du personnel pour l’affectation aux tâches,

- l’absence de signalisation terrain ou papier des mises en sécurité réalisées lors des consignations.
Miniature(s) jointe(s)
Image attachée
 
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité info-sécurité
* 24/07/2007 - 09:30
Message #2





Invités






Un accident d’origine électrique se révèle mortel 28 fois plus souvent qu’un accident ordinaire. L’année 2006 a été marquée par une recrudescence du nombre des décès, avec un coût de accidents du travail dus à l’électricité qui s’est élevé à 20,7 millions d’euros. Les salariés les plus touchés par le risque électrique appartiennent

aux CTN bâtiment et travaux publics (30,8 %), métallurgie (21,4 %), activités de service II et travail temporaire (12,6 %) et alimentation (11,2 %).



La base Epicea, qui recense les enquêtes après accidents du

travail réalisées par les services prévention des CRAM, permet une approche plus qualitative des phénomènes observés.

108 accidents du travail graves ou significatifs dus à l’électricité survenus au cours des années 2000 à 2004 y ont été consignés



Les principaux facteurs impliqués dans la survenance de ces accidents sont :



• un mode opératoire inapproprié ou dangereux.



• la méconnaissance des risques.



• l’application incomplète des procédures.



• une formation insuffisante.



• le manque de préparation ou d’organisation de l’activité.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité info-sécurité
* 24/07/2007 - 09:34
Message #3





Invités






Canalisation mal identifiée.







Un plombier intervenait pour réparer une fuite sur le tuyau enterré d’alimentation d’eau d’une maison individuelle.

En voulant le sectionner, il a coupé le câble d’alimentation électrique, celui-ci ayant le

même aspect extérieur que le tuyau d’eau enterré 10 cm en dessous dans le même

alignement. Aucun fourreau ni grillage n’était en place.





La victime est décédée
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité info-sécurité
* 24/07/2007 - 09:36
Message #4





Invités






Non-respect des procédures







Ayant constaté un défaut sur la colonne montante d’alimentation électrique d’un immeuble, un électricien est intervenu sur les câbles électriques en présence d’un

représentant du distributeur.



Après avoir déconnecté les câbles électriques, l’électricien les a touchés à mains nues. Il a été foudroyé. La consignation des câbles n’avait pas été réalisée, de même que la vérification d’absence de tension.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité info-sécurité
* 24/07/2007 - 09:39
Message #5





Invités






Installation non conforme







En voulant déplacer un phare halogène prêté par le propriétaire des lieux et branché sur une prise de courant nouvellement installée par un électricien, un ouvrier a été électrisé. Un témoin a immédiatement retiré la fiche de la prise murale

et la victime s’est effondrée.



L’analyse de l’accident a fait ressortir qu’une phase du phare halogène était reliée

directement à la masse de l’appareil et que la protection de la prise de courant était assurée par un disjoncteur différentiel de 500 mA et non de 30 mA et qui, de plus, ne fonctionnait pas.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité info-sécurité
* 24/07/2007 - 09:43
Message #6





Invités






Ligne haute tension







Un chauffeur expérimenté devait livrer du béton pour la terrasse d’un pavillon à l’aide d’un camion-toupie équipé d’un tapis afin de pouvoir déverser le béton à distance.



Une ligne haute tension de 15 000 V passait au-dessus du pavillon. Le chauffeur a déplié le tapis de la toupie puis l’a dirigé vers la terrasse en passant au-dessus de la maison. En voulant le centrer au-dessus de la terrasse, il l’a relevé, établissant ainsi le contact avec la ligne électrique. Le chauffeur est décédé car, au moment de l’impact tapis/ligne électrique, il tenait les manettes métalliques de commande du tapis.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité info-sécurité
* 24/07/2007 - 10:06
Message #7





Invités






Principales causes des accidents électriques :





- mauvais état des isolants : dégât mécanique, désagrégation ou usure.



- modifications sans contrôle : modification ou extension d'une installation électrique par une personne non compétente.



- recherche du prix le plus bas sans souci de conformité : le choix d'un prix compétitif se fait parfois au détriment de la qualité .



- non-respect des distances de garde par rapport aux ouvrages électriques..



- inadaptation aux usages : il faut surtout éviter d'utiliser une installation pour une destination non prévue à l'origine.





L'électrisation peut se produire par contact direct (avec une partie active) ou indirect (avec une masse mise accidentellement sous tension). Le courant ne passe que si le circuit est fermé c'est-à-dire s'il y a :

- Soit deux points de contact avec des pièces sous tension,

- Soit un point de contact avec une pièce sous tension et un autre avec la terre.



Dommages corporels dus à l'électricité

La gravité d'une électrisation dépend de plusieurs facteurs parmi lesquels on peut citer :

L'intensité du courant (danger à partir de 5 mA),

La durée du passage du courant,

La surface de la zone de contact,

La trajectoire du courant,

L'état de la peau (sèche, humide, mouillée),

La nature du sol.



Le courant suit le chemin le plus court entre le point d'entrée et le point de sortie et peut donc endommager tous les organes qui se trouvent sur son passage.



Principaux effets du courant électrique sur l'homme :



Stimulation/inhibition des phénomènes électriques cellulaires : contractions musculaires, tétanisation, fibrillation ventriculaire qui peuvent entraîner un arrêt circulatoire et/ou respiratoire



Brûlures électriques de la peau et des yeux (en cas d'arc électrique) mais aussi des organes internes (nécrose des muscles, thrombose des petits vaisseaux...)





Effets du courant électrique sur l’homme





Intensités (mA) & Effets



0,5 -------- Perception cutanée



5 --------- Secousse électrique



10 --------- Contracture entraînant une incapacité à lâcher prise



25 --------- Tétanisation des muscles respiratoire (asphyxie au-delà de 3 min)



40 (pendant 5 s) -- Fibrillation ventriculaire



50 (pendant 1 s) -- Fibrillation ventriculaire



2 000 ---------------- Inhibition des centres nerveux











Secourir une personne électrisée



Les premières minutes qui suivent l'accident sont très importantes pour les chances de survie, c'est pourquoi il importe d'agir vite. Dans tous les cas, il faut commencer par couper le courant sans toucher le corps de la victime (par un interrupteur, un disjoncteur, en débranchant la prise...).





La rapidité d'intervention des secours est déterminante.



Si une telle coupure ne peut être réalisée rapidement, il faut libérer l'accidenté du contact avec les parties sous tension en prenant garde à ce que personne d'autre ne puisse s'électriser. Ensuite, il faut appeler les secours : un sauveteur secouriste du travail puis le SAMU et/ou les pompiers. Il ne faut pas perdre de vue la victime tant que les secours ne sont pas arrivés. L'arrêt de la respiration devrait entraîner au plus vite un bouche-à-bouche, voire un massage cardiaque.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité info-sécurité
* 24/07/2007 - 10:13
Message #8





Invités






Les incendies d'origine électrique



Un incendie sur cinq serait d'origine électrique.



Pour que survienne un incendie d'origine électrique, il faut qu'il y ait simultanément :



une source de chaleur ou une étincelle,

un comburant (l'oxygène de l'air),

un combustible.



Les principales causes d'incendies d'origine électrique sont :





L'échauffement des câbles dû à une surcharge.



Le court-circuit entraînant un arc électrique.



Un défaut d'isolement conduisant à une circulation anormale du courant entre récepteurs et masse ou entre récepteur et terre.



Des contacts défectueux (de type connexion mal serrée ou oxydée) entraînant une résistance anormale et un échauffement.



La foudre.



Une décharge électrostatique.







Certains facteurs peuvent aggraver les échauffements :



Une ventilation insuffisante.



L'accumulation de poussière ou de dépôts de graisse.



Le stockage de matériaux inflammables à proximité d'installations électriques.



L'empilage des câbles empêchant l'évacuation de la chaleur.



Le maintien en fonctionnements d'appareils ayant subi des courts-circuits.







Conduite à tenir face à un incendie d'origine électrique



Donner l'alerte.



Mettre hors tension l'installation, et éventuellement les installations voisines.



Fermer les portes et les fenêtres.



Attaquer le feu à la base à l'aide d'un extincteur adapté (dioxyde de carbone, eau en jet pulvérisé, poudre).



Après l'extinction de l'incendie, évacuer les gaz toxiques en aérant.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité info-sécurité
* 24/07/2007 - 10:30
Message #9





Invités






Équipements de protection individuelle





Lors d'interventions réalisées à proximité de lignes basse tension, le port de protections individuelles est obligatoire. Pour la haute tension, aucun équipement individuel n'est suffisant, c'est pourquoi les intervenant doivent obligatoirement se tenir éloignés des pièces sous tension.



Les équipements de protection individuelle (EPI) sont personnels. Il ne peuvent être attribués à un nouveau titulaire qu'après avoir été nettoyés, désinfectés et vérifiés.

Les EPI doivent être conformes aux exigences essentielles de sécurité et santé de la directive européenne 89/686/CEE dite "directive EPI") et faire l'objet du marquage de conformité CE.



EPI pour les interventions sous tension



Aucun objet conducteur (bijou, montre...) ne doit être porté simultanément.

NB : la directive EPI a été transposée dans le droit français (loi n° 91-1414 du 31 décembre 1991 et ses décrets d'application), mais les fabricants d'EPI préfèrent en général se référer au texte communautaire.



Principaux équipements de protection individuelle contre le risque électrique



Combinaison de travail en coton ou en matériau similaire



Chaussures ou bottes isolantes de sécurité conformes à la norme NF EN 345



Gants isolants conformes à la norme NF EN 60 903 et marqués d'un triangle double



Casque isolant et antichoc conforme à la norme NF EN 397



Écran facial anti-UV pour la protection contre les arcs électriques et les courts-circuits conforme à la norme NF EN 166



Protèges-bras isolants conformes à la norme NF EN 60 984.





Le degré de protection d'un EPI et le domaine de tension pour lequel il est conçu est souvent signalé par une classe. Chaque type d'EPI peut avoir des classes différentes : par exemple il existe 6 classes de gants isolants.

Les outils aussi doivent être isolés et isolants. Les outils à main isolés ou isolants utilisés en basse tension doivent être conformes à la norme NF EN 60 900.





Mesures de sécurité lors des interventions en basse tension Une intervention est une opération d'ordre électrique de courte durée réalisée sur une installation, un équipement ou une machine. La notion d'intervention est limitée à la basse tension, c'est-à-dire jusqu'à une tension de 1 000 V en courant alternatif (et 1 500 V en courant continu). La publication UTE C 18-510 qui précise les normes et la réglementation dans ce domaine définit 3 types d'intervention en présence de tension :



- les interventions de dépannage,

- les interventions de connexion ou de déconnexion,

- les interventions de remplacement de fusibles, de lampes...



Une intervention ne peut être effectuée que par un électricien habilité.



Avant toute intervention, l'électricien doit se procurer les documents relatifs à l'ouvrage concerné.



Signaler un local ou une intervention

Les locaux dont l'accès est réservé aux électriciens doivent comporter un triangle d'avertissement du danger électrique conformément à la réglementation. Lors de l'ouverture d'une armoire électrique présentant des pièces actives nues sous tension accessibles, il faut installer un balisage de sécurité à au moins un mètre de l'ouverture. Ce balisage ne doit pas pouvoir être franchi par inadvertance.

Les seules commandes autorisées pour le personnel de production non habilité sont celles qui sont prévues à l'extérieur des tableaux et armoires électriques.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité info-sécurité
* 24/07/2007 - 10:38
Message #10





Invités






Habilitation des intervenants



Pour intervenir sur une installation électrique, il est nécessaire de posséder une habilitation délivrée par le chef d'établissement. Cette habilitation est la reconnaissance d'une qualification. Elle légitime la capacité d'une personne à effectuer des opérations en toute sécurité et à connaître la conduite à tenir en cas d'accident. Il existe plusieurs niveaux d'habilitation en fonction de :



- la nature des opérations (dépannage, raccordement, essais, vérifications, consignation, nettoyages),



- la nature des opérations (d'ordre électrique ou non),



- la tension des installations (basse tension, haute tension),



- les conditions dans lesquelles sont réalisées ces opérations (hors tension, au voisinage ou sous tension).



La nature d'une habilitation est symbolisée par lettres et un indice numérique



Avant d'être habilité le salarié doit avoir été formé



La formation à opérer en sécurité sur un ouvrage électrique vise uniquement à apprendre et à faire comprendre aux salariés concernés les risques encourus ainsi que les méthodes à acquérir pour les prévenir. Elle n'a pas pour but d'enseigner l'électricité.

Pour les opérations hors tension ou à proximité de pièces nues sous tension, un contenu type de formation est proposé par l'INRS (cf. "L'habilitation en électricité. Démarche en vue de l'habilitation du personnel" réf. ED 998).

Les formations théoriques doivent être suivies par des stages pratiques puis par une évaluation.

Le personnel devant exécuter des travaux sous tension doit suivre, au préalable, une formation spécifique dans l'un des centres agréés par le Comité des travaux sous tension.



Avant d'être habilité le salarié doit avoir été déclaré apte



Pour habiliter une personne, le chef d’établissement doit tenir compte de l’avis du médecin du travail.

Sur le plan réglementaire, il n'existe pas de critères d'aptitude médicale ni de contre-indication à la pratique d'un métier soumis au risque électrique
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité info-sécurité
* 24/07/2007 - 10:43
Message #11





Invités






Les habilitations doivent être revues annuellement.



Pour délivrer une habilitation, l'employeur doit s'être assuré que :



- Le salarié a suivi une formation adaptée aux travaux à effectuer



- Le salarié a bien assimilé cette formation attestée par un contrôle des connaissances



- Le salarié a éventuellement suivi une formation de recyclage



- L'aptitude médicale délivrée par le médecin du travail tient compte des risques particuliers auxquels le salarié sera exposé



- Le salarié possède un recueil des consignes de sécurité, éventuellement complété par des instructions de sécurité particulière.





Selon la réglementation en vigueur, il est interdit de confier aux mineurs des travaux intéressant des installations électriques dans lesquels la tension dépasse 250 V en courant alternatif ou 600 V en courant continu. Des dérogations peuvent cependant être accordées à titre individuel par l'Inspection du travail après avis d'un médecin.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Modérateu...
* 24/07/2007 - 11:12
Message #12


Confirmé
***

Groupe: Membres
Messages: 263
Inscrit: 29/10/2005
Membre No.: 49 503



Bonjour,



Votre récapitulatif sur la sécurité est très intéressant, cependant, évitez de mettre des photos pouvant choquer la sensibilité chez certaines personnes. Même si il est exact que les dégâts corporels peuvent être impressionnants. Je vous remercie pour votre compréhension.



Cordialement
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Coucougnette 1er
* 24/07/2007 - 11:19
Message #13


Confirmé
***

Groupe: Membres
Messages: 2 264
Inscrit: 23/03/2007
Membre No.: 77 627



Bonjour



Il est aussi intéressant de sensibiliser les personnes, car il suffit de voir une main d'enfant qui a introduit les doigts ou un objet dans une prise non protègée pas des éclipses pour que les parents pensent à sécuriser leur installation.



Les accidents n'arrivent pas qu'aux autres.

 
Proverbe chinois : Mato sin khonu, thoucha tonkhu



Son Altesse Sérénissime Coucougnette 1er


--------------------
Proverbe chinois : Mato sin khonu, thoucha tonkhu
Et pour les trolls qui animent régulièrement ce forum : courrez aussi vite que je vous emmerd.. et vous gagnerez les jeux olympiques.
Son Altesse Sérénissime Coucougnette 1er
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Modérateu...
* 24/07/2007 - 11:31
Message #14


Confirmé
***

Groupe: Membres
Messages: 263
Inscrit: 29/10/2005
Membre No.: 49 503



Bonjour,



Oui en effet, d'ailleurs je remet la photo de la main et des pieds accidentés.

Mais mettre le corps entier d'un enfant peut choquer des personnes très sensibles, donc évitons cela en ne montrant que le stricte nécessaire.



Bonne journée à tous.





----------------------

Postés dans le tuto :



Brulure électrique des doigts









Brulure électrique des orteils



Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité info-sécurité
* 24/07/2007 - 12:30
Message #15





Invités






Voici quelques valeurs tissulaires de résistance au courant électrique:



tissus inertes poumons foie : 500 ohms

poumons : 4.000 ohms

foie : 900 ohms

cartilage : 50.000 ohms

muqueuses : 800 ohms

peau : 1.000 à 100.000 ohms



Sur le sol cimenté, avec des chaussures sèches, la résistance du corps humain au courant électrique est d'environ 5.000 ohms.



Cinq constantes sont à prendre en compte pour comprendre comment une lésion peut être engendrée par le courant électrique:



- une source d'énergie électrique (voltage) U exprimée en volts.



- une intensité de courant électrique (ampérage) 1 exprimée en ampères



- une résistance R qui transmet mal le courant exprimée en ohms.





- un temps de contact T exprimé en secondes.



- une quanthé de chaleur produite J exprimée en joules.



- La quantité de chaleur produite par le passage du courant électrique est donnée par la loi de Joule:



J =( U²/R)xT





Du point de vue clinique, ce sont les manifestations cardiaques qui dominent et qui expliquent la fréquence des décès. Viennent ensuite les manifestations neurologiques à type de paralysie (kerauno-paralysie), les manifestations psychiques à type de syndrome de stress post-traumatique, les manifestations sensorielles oculaires et auditives (50% de perforations tympaniques), les manifestations cutanées, et les brûlures profondes et peu étendues aux points d'entrée et de sortie du courant. Les lésions par effet de souffle ou blast sont dues à la propagation de l'onde de choc responsable de lésions internes barotraumatiques souvent mortelles.

Le traitement quand il est possible en urgence se résume à une ressuscitation des fonctions vitales. Une fois hors de danger, la surveillance sera de règle car les séquelles cardiaques, neurologiques, neuropsychiques et sensorielles peuvent apparaître tardivement, même une année après parfois, rendant l'étiologie difficile à determiner. L'indemnisation, si l'accident s'est produit sur le lieu du travail, est difficile à évaluer.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité info-sécurité
* 24/07/2007 - 12:39
Message #16





Invités






Les brûlures électriques.- les différents types





On distingue en général trois types de brûlures électriques:



les brûlures par flash électrique: elles sont dues à la flamme engendrée par un arc électrique; elles ont la même sémiologie et relèvent du même traitement que les brûlures thermiques.



les brûlures mixtes: associant les lésions dues au passage du courant dans le corps et les brûlures engendrées par la flamme de l'arc électrique, elles sont gravissimesles.



brûlures électriques "vraies". :

Le dégagement de chaleur par effet joule se produit en profondeur au niveau des masses musculaires et des axes vasculonerveux. La résistance électrique de ces tissus est faible, et l'intensité délivrée localement est importante. Ce sont des brûlures profondes, le plus souvent indolores car les terminaisons sensitives sont détruites. Elles réalisent un tableau voisin de celui du crush syndrome. Dans les premières heures, elles entraînent une fuite plasmatique, un état de choc, et surtout un oedème sous-aponévrotique qui peut être compressif. Il résulte et se constitue un syndrome des loges et une rhabdomyolyse, avec libération de myoglobine dans la circulation sanguigne. Une insuffisance rénale aiguë peut apparaitre avec un risque majeur d'hyperkaliémie.

Dans les jours suivants, les lésions évoluent vers la nécrose. La surinfection par des germes anaérobies est possible avec des extensions de la nécrose. S'y ajoutent des phénomènes vasculaires, hémorragie et thrombose.

Tout ceci pose aux chirurgiens de gros problèmes pour déterminer le moment et l'étendue des résections nécessaires. De toute façon, ces brûlures sont délabrantes et longues à cicatriser.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité info-sécurité
* 24/07/2007 - 13:05
Message #17





Invités






Les conséquences neurologiques du choc électrique



Le choc électrique a des effets directs sur le système nerveux. Les mécanismes sont multiples et intrinsèques. Ils réalisent des altérations cellulaires avec ou sans effet électrothermique, sécrétions anarchiques de neuromédiateurs, modification de la circulation cérébrale, et oedème cérébral.



L'électrisation entraîne des troubles de la conscience, troubles neurovégétatifs, avec arrêt respiratoire plus ou moins retardé. Des troubles à type de crise convulsive ou de syndrome déficitaire peuvent s'observer. Du point de vue périphérique, des tétanisations musculaires peuvent se produire:



• si la tétanisation porte sur les extenseurs elle projette violemment la victime en arrière, avec chute et lésions traumatiques



• si la tétanisation porte sur les fléchisseurs, il y a agrippernent au conducteur avec augmentation du temps de contact et aggravation des lésions



• pour des intensités supérieurees à 10 mA, et si le trajet passe par la cage thoracique, la tétanisation du diaphragme est possible et provoque un blocage respiratoire



Des séquelles s'observent fréquemment, à type d'atrophie corticale. Un syndrome extrapyramidal peut se constituer longtemps après l'accident. Une cataracte, une surdité, des lésions médullaires et des atteintes nerveuses périphériques ont été également décrites.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité info-sécurité
* 24/07/2007 - 13:10
Message #18





Invités






Aspects anatomopathologiques





Par opposition aux brûlures thermiques, dont les lésions sont étendues en surface, dans les brûlures électriques l'importance des lésions profondes contraste avec les dimensions de l'atteinte cutanée (point de pénétration du courant).

D'un blanc nacré, dans les heures qui suivent l'accident la peau se nécrose pour devenir noire les jours suivants. Sa détersion spontanée ou chirurgicale (nécrectomie) laisse apparaître l'atteinte en profondeur des muscles, tendons, vaisseaux et nerfs.

L'aspect de ces brûlures est très variable. La lésion minimale est celle que Jellinek avait décrite sous le nom de marque électrique. Il s'agit d'une très petite lésion arrondie ou elliptique jaunâtre ou grisâtre, au centre légèrement déprimé et qui semble incrustée dans la peau saine alentour.

Ces marques électriques sont intéressantes à connaître car leur constatation peut permettre de rapporter à un accident électrique un état de mort apparente ou un décès dont la cause n'apparaît pas a priori.

A un degré de plus, la brûlure est une lésion arrondie ou ovalaire, volontiers cratériforme, qui apparaît au niveau du point de contact avec le conducteur sous tension et parfois avec ce que l'on appelle le point de sortie (ce qui n'a guère de sens pour un courant alternatif qui représente en fait un deuxième point de contact avec un autre conducteur ou la masse).

Les lésions dues au courant électrique sont habituellement plus étendues que ne le laisse supposer l'examen superficiel initial, et il est fréquent que s'associent aux lésions constatées au point de contact des brûlures profondes tout le long du trajet du courant, en particulier au niveau des zones rétrécies, donc plus résistantes, que constituent les membres, particulierèment le poignet et la main.

La main représente le plus souvent le point d'entrée du courant. Le point de sortie se fait par le pied en général, où les lésions sont beaucoup plus profondes et étendues.

Il est a signaler la gravité particulière des localisations céphaliques et périnéales.

L'atteinte cutanée est dominée par les lésions profondes. Par contre les lésions cutanées sont peu étendues puisque inférieures à 20% de surface atteinte.



Les atteintes musculaires et tendineuses: les muscles, tissus riches en eau, peuvent être lésés lors des décharges électriques qui déterminent des nécroses et des hémorragies, l'effet calorique étant responsable de la coagulation du cytoplasme. Aussi l'aspect évolutif de ces lésions s'ex-plique par l'association de destruction des fibres musculaires contemporaine de l'accident ainsi que des lésions secondaires par les modifications physico-chimiques des cellules qui ne sont évidentes que plusieurs jours après l'accident. Uoedème observé, vite important, agit dans le sens d'une aggravation des lésions musculaires imposant des incisions de décharge musculo-aponévrotiques précoces et profondes. Ces faits nous ont poussés à retarder l'heure du traitement réparateur jusqu'à la stabilisation des lésions, du moins lorsque seul le muscle est atteint; par contre, la mise à nu des structures fragiles (tendons, vaisseaux, nerfs) doit indiquer une couverture précoce. L'atteinte tendineuse peut être primitive ou secondaire à l'infection cutanée sous-jacente (infection des tendons fléchisseurs de la main au poignet par nécrose du carré pronateur). Dans ce cas, l'excision précoce suivie de la couverture par lambeau est de règle.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité info-sécurité
* 24/07/2007 - 13:13
Message #19





Invités






Le traitement médical



Tout sujet victime d'un choc électrique même apparemment bénin doit bénéficier dès que possible d'un examen médical et d'un électrocardiogramme. Si des troubles de conscience transitoires sont observés, même si l'aspect est rassurant, l'hospitalisation est nécessaire. Elle est obligatoire dans tous les cas s'il s'agit d'un accident à haute tension. Si un témoin est présent, il doit provoquer la coupure du courant et entreprendre sans délai, en cas de besoin, une ventilation artificielle et un massage cardiaque externe.



Sur le lieu de l'accident quatre situations sont possibles:



1) l'accident est bénin, ressenti comme une simple secousse sans aucune complication



2) l'accident est préoccupant: la victime a presenté transitoirement des troubles de la conscience. Elle doit rester allongée et être accompagnée à l'hôpital par une équipe médicalisée, où elle justifiera d'une attention particulière d'au moins 24 heures



3) l'accident est grave: après son dégagement, l'électrisé reste inconscient, le rythme respiratoire est irrégulier, la ventilation est insuffisante, les téguments sont cyanosés, le pouls est rapide, et la tension artérielle instable. Le blessé doit être placé en position de sécurité avec ventilation assistée si nécessaire, les soins étant complétés par l'equipe de secours médicalisés et poursuivis à l'hôpital



4) état de mort apparente: avec disparition des pouls fémoraux et carotidiens, dès dégagement, réanimation intensive jusqu'à l'arrivée de secours médicalisés même si la situation semble désespérée. Le blessé devra être, transporté, intubé et ventilé, et une défibrillation cardiaque doit être tentée immédiatement si nécessaire. Les soins complémentaires seront prodigués en réanimation cardiorespiratoire



Pour les accidents à haute tension, les accidents graves précédemment décrits se rencontrent également. Mais dans la plupart des cas existent aussi des brûlures parfois associées à des traumatismes. La mobilisation et le transport de ces blessés doivent être réalisés avec les précautions d'usage.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité info-sécurité
* 24/07/2007 - 13:20
Message #20





Invités






Les complications et les séquelles



Les complications sont dominées par les phénomènes infectieux liés à la profondeur des brûlures et des insuffisances rénales aiguës dues au crush syndrome.



Sur 78 décès déplorés, 62 sont liés à des brûlures mixtes détruisant plus de 50% de surface cutanée. Les seize autres sont dus à des insuffisances rénales irréversibles et des toxémies liées au crush syndrome.

Les séquelles sont dominéees par l'handicap de la perte d'un membre ou d'un segment de nombre lié aux amputations ou aux raideurs articulaires.



Les autres séquelles fonctionnelles mineures et esthétiques, sont représentées par des cicatrices invalidantes et inesthétiques siégeant surtout aux mains et des troubles trophiques au niveau des membres inférieurs.

Les sequelles tardives sont en général de trois ordres: cardiovasculaires, neuropsychiatriques, et sensorielles. Souvent elles sont difficilement rattachées à l'électrisation.



Les manifestations neuropsychiatriques se sont révélées par des accès d'agitation et de syndrome post-commotionnel, de l'installation d'un fond d'anxiété, et de l'apparition de troubles de la mémoire. Par ailleurs, on note chez la plupart de nos patients une peur panique de l'électricité persistante pendant plusieurs années.





Les troubles sensoriels se sont révélés par des cataractes qu'il est difficile de faire relier à l'accident électrique auprès des organismes d'assurance et de sécurité sociale, cette séquelle apparaissant tardivement, deux à trois ans après l'accident.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité info-sécurité
* 24/07/2007 - 13:25
Message #21





Invités






L'impact socio-professionnel



La durée moyenne d'hospitalisation est longue, deux moins en moyenne, et les arrêts de travail sont importants entre 4 et 18 mois.

Les incapacités de travail sont liées aux séquelles de brûlures, neurologiques, cardiovasculaires, psychiques et traumatiques. Elles ont été attribuées chez plus de la moitié des nos patients avec une moyenne de 40% d'invalidité physique permanente.

Parmi les électriciens professionnels, 135 sur 1000 cas d'accident ont dû subir une reconversion professionnelle.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Coucougnette 1er
* 24/07/2007 - 18:54
Message #22


Confirmé
***

Groupe: Membres
Messages: 2 264
Inscrit: 23/03/2007
Membre No.: 77 627



trop d'infos tue l'info, pensez vous que tout le monde va prendre la peine de vous lire de A à Z ?



C'est comme si je mettais à la suite une des 500 pages de la NFC 15-100 à chaque post sous prétexte qu'il faut respecter la réglementation...



merci de vos copier/coller, mais citez plutôt la source pour ceux que ça intéresse au lieu d'encombrer ce post que personne ne lira, car même moi qui connais le problème et est sensibilisé, ça commence à me gaver sérieusement.

 
Proverbe chinois : Mato sin khonu, thoucha tonkhu



Son Altesse Sérénissime Coucougnette 1er


--------------------
Proverbe chinois : Mato sin khonu, thoucha tonkhu
Et pour les trolls qui animent régulièrement ce forum : courrez aussi vite que je vous emmerd.. et vous gagnerez les jeux olympiques.
Son Altesse Sérénissime Coucougnette 1er
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Coucougnette 1er
* 24/07/2007 - 19:19
Message #23


Confirmé
***

Groupe: Membres
Messages: 2 264
Inscrit: 23/03/2007
Membre No.: 77 627



et au cas ou vous l'auriez oublié ici c'est un forum de bricolage, alors, les cellules HT, les habiltations, les consignations, vous parlez en hébreux à la plupart de ceux qui vont tenter de vous lire, essayez le forum Supelec, plus adapté à votre faire valoir complètement hors propos sur ce forum, ou alors faites un résumé sur les risques domestiques...

 
Proverbe chinois : Mato sin khonu, thoucha tonkhu



Son Altesse Sérénissime Coucougnette 1er


--------------------
Proverbe chinois : Mato sin khonu, thoucha tonkhu
Et pour les trolls qui animent régulièrement ce forum : courrez aussi vite que je vous emmerd.. et vous gagnerez les jeux olympiques.
Son Altesse Sérénissime Coucougnette 1er
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité RE
* 24/07/2007 - 20:06
Message #24





Invités






Dieu Coucou frappe de nouveau

Ah ce roi du forum!!!!
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité milouse
* 24/07/2007 - 21:06
Message #25





Invités






Eh casse burne



C'est de la culture ... C'est vrai que quand on fait du lotissement toute l'année ...parler de haute tension c'est de la science fiction...





Même si cela est ininterressant ou du copier coller cela a peut être le mérite de regrouper à un seul endroit toutes les informations sur les accidents électriques et leurs conséquenses.



Peut être pas à la portée de tous les cerveaux, le votre a ses limites, mais ne soyez pas frustré j'ai cru comprendre qu'il y avait une vie après la mort.
Go to the top of the page
 
+Quote Post

2 Pages V   1 2 >
Closed TopicStart new topic
1 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
0 membre(s):

 



RSS Version bas débit Nous sommes le : 16/01/2017 - 12:47