IPB

Suivre @Cyberbricoleur

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )


 
Reply to this topicStart new topic
> Piquet en chataignier: Une fois les pieds passés au goudron, que dois-je faire de plus ?
Invité regis
* 29/03/2004 - 15:36
Message #1





Invités






Je désire clôturer une parcelle avec des piquets en chataignier avec béton au pied.

Une fois les pieds passés au goudron, que dois-je faire de plus pour éviter que ces piquets ne se cassent, à longue échance, au niveau de la partie béton/bois ?

Que faire pour éviter l'infiltration de l'eau de pluie, le long du piquet, dans le béton?
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité Yvon 76
* 29/03/2004 - 14:38
Message #2





Invités






Bonjour.

Une fois le goudron appliqué il faut laisser durcir ou sécher suivant le type de goudron. Et puis aprés planter les piquets C'est tout ce que l'on peut faire.

Par contre,si le goudron n'est pas encore appliqué, on peut brûler (au feu) la pointe du piquet ( la longueur enfoncée dans de sol) puis goudronner, séchage, mise en place. C'est la veille méthode car avant que le goudron soit disponible on brûlait seulement la pointe de piquets ou pieux : çà stérilise le bois et crée, en plus un écran de charbon de bois : tout çà ralenti la pourriture. Alors autan allier la méthode anncienne et le goudronnage, à mon avis, et çà marche !

Salutations.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité Yvon 76
* 29/03/2004 - 15:36
Message #3





Invités






Re bonjour.

Désolé j'avais mal lu la question. Pesonnellement, je suis absolument contre le fait de sceler du bois dans du béton : c'est catastrophique, à terme.

En effet, béton fait récipiant pour l'eau et le pied du piquet est toujours mouillé ou humide: donc ça pourirra plus vite.

Autres aspects : à l'autome, en général humide voir trés humide (en Normandie on donne tous le ans !) le piquet se gorge d'eau et gonfle (ça peut aussi arriver en cour d'année) et il fais éclater le béton si celui çi n'a pas une masse suffisement importante.

Si le béton tient, avec l'hivers, il prend de nouvelles contraintes : lorsqu'il géle l'eau contenue dans le pied du poteau géle aussi et augement de volume donc le pied un poteau veut gonfler encore plus. Ou le béton casse et c'est foutu, ou il tient , pour cette année ! M

Mais au fil des ans ,le béton soumis à ces contraintes répétées, vieilli, fatigue et fini par céder ou si il est trés trés solide le pied du piquet finira par pourrir.

Quand il fait sec, le pied du poteau séche et "bagotte" dans le trou en béton et c'est toujours le "brin" !.

Ce systéme est un excellent investissement enquiquimements !

Toujours à mon avis, il faut fixer le piquet par l'intermédiaire de piéces métalliques (en inox c'est mieux mais plus cher) scellées dans le béton. Il suffit de regarder autour de soi, cette solution est de plus en plus employée.

Comme généralement c'est fait sans trop de soussis pour l'esthétique : c'est moche !

J'utilise la solution suivante : la piéce métallique de liaison est un tube (en inox) quel'on peu soit

- sceller dans le béton (fire des trous pour l'accorchage métal béton (et avec de gros clous passés dans le trous c'est mieux)

- ou souder le tube sur une platine dont la dimmensiom n'exéde pas celle du piquet et fixer sur le béton par chevilles.

On perce le pied du piquet, on enfile le piquet sur le tube. On place une petite cale de 1 cm entre le béton et le dessous du piquet avant de percer tansversalement le piquet et le tube pour mettre un tourrillon (assez gros) d'immobilisation. Le piquet étant immobilisé on retire la petite cale et l'air peut passe, donc séche l'extrémité du dit piquet qui ne touche pas au béton (pas d'intreface toujours humide).

Un petit chapeau (coupé dans une planche de chataigner sera fixée (inclinée à 10 ou 15°) en intercalant des ecrous entre le chapeau et la tête du piquet pour toujours laisser passer l'air. Nota: une patite raignure, à la défonceuse, en périphérie de la face inférieure de chapeau fait office de "goutte d'eau".

Et voila le tour est joué, tranquille pour longtemps surtout, si dés le début, on à pris soin de traiter ses piquets au produit à charpente (Xyla-macihn) et de passer de la lassure avec une couche d'entretien de temps en temps (périodicité suivant le climat).

Bon courrage.

(On bosse intelligement aujourd'hui pour être tranquille longtemps).

Cà fait plus de 20 ans que les poteaux de ma barriére (et autres) sont montés de la sorte sur le muret en fausses pierres séches (en béton) et c'est toujours nickel et en Normandie !

Salutations.

Re-Nota : attention au muret prés d'arbres : les racines, qui grossisent, ont une force considérable et viennent à bout de tout !
Go to the top of the page
 
+Quote Post

Reply to this topicStart new topic
1 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
0 membre(s):

 



RSS Version bas débit Nous sommes le : 25/11/2014 - 23:56