IPB

Suivre @Cyberbricoleur

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )


 
Reply to this topicStart new topic
> Différence Entre Kva Et Kw
Invité eberlue
* 29/05/2012 - 11:03
Message #1





Invités






Bonjour à tous


Je cherche à connaitre la différence entre le VA (Volt-Ampère) et le W (Watt).
D'après ce que j'ai lu et mes maigres connaissances, VA = W puisque le calcul est le même : Volt x Ampère.

Alors pourquoi cette différence ?


Par avance, merci !
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité Invité rajea
* 29/05/2012 - 13:51
Message #2





Invités






Bonjour,

Le VA est le produit Volts par Ampères mais ne tient pas compte du cosinus Phi. Si nous avons par exemple une conso sur moteur avec un phi de 0,8 de 1 ampères sous 240 Volts nous avons 240 X 1 X 0,8 = 192 W. Si nous avions alimenté une résistance( cos = 1) sous 1 ampère nous aurions eu: 240 X 1 = 240 W
Dans le 1er cas nous avons une énergie réactive qu'il n'y a pas dans le second: raison pour laquelle on ne peut pas écrire VA = W sinon on aurait 192 = 240 ?
Le cosinis phi varie suivant les récepteurs selfiques comportant où pas de condensateurs qui créent un déphasage sur le courant. Ce que n'aime pas EDF.

Cordialement.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité eberlue
* 29/05/2012 - 14:21
Message #3





Invités






Dans ce cas, pourquoi donner une indication en Volt-Ampère plutôt qu'en Watt ?
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité Invité gédé
* 29/05/2012 - 21:14
Message #4





Invités






CITATION(eberlue @ 29/05/2012 - 14:21) *
Dans ce cas, pourquoi donner une indication en Volt-Ampère plutôt qu'en Watt ?



Bonsoir, la réponse vous est donnée plus haut, veuillez préciser l'appareil qui vous préoccupe.

A+...........gédé
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité + Logique
* 29/05/2012 - 22:54
Message #5





Invités






CITATION(Invité gédé @ 29/05/2012 - 21:14) *
Bonsoir, la réponse vous est donnée plus haut, veuillez préciser l'appareil qui vous préoccupe.

A+...........gédé



Bonsoir,

Pas terrible comme réponse de la part d'un ancien électricien, qui devrait pouvoir mieux faire, car il semble que la réponse donnée plus haut ne satisfasse pas "eberlue". Un petit effort Mossieur Gédé cette réponse n'est pas à la hauteur de votre réputation !
Pour éviter votre réponse habituelle :
- cette réponse n'apporte aucun élément ni nouveau, ni positif !
- je ne réponds pas à ce forum car contrairement à vous, je ne suis pas un ancien électricien.

Abstenez vous svp, pour vos réponses comportant toujours des questions, (même s'il n'ya pas de point d'intrerrogation comme celle-ci) , et qui ne servent strictement à rien, sinon à vous faire plaisir...

+ Logique
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité Un avis
* 30/05/2012 - 09:15
Message #6





Invités






En régime alternatif sinusoïdal pur les grandeurs instantanées courant et tension ne sont pas forcément en phase, c'est à dire qu'elles ne passent pas par zéro en même temps, et il en est de même pour le pasage par le maximum. L'angle de déphasage entre ces grandeurs est noté phi, et un paramètre de fonctionnement, appelé facteur de puissance, est noté cosinus (phi) ou cos(phi). Cet angle dépend de la nature de la charge. Pour une charge résistive pure telle qu'une résistance de chauffage ou une lampe à incandescence, cet angle est nul et son cosinus vaut 1.

A chaque grandeur courant et tension instantanée (sinusoïdale) est affectée une valeur fixe appelée valeur efficace, notée U pour la tension et I pour l'intensité. On montre qu'en régime sinusoïdal pur, la valeur efficace d'une grandeur est égale à la valeur maximum divisée par racine de 2. Ainsi, une charge branchée sous 230 V aura la tension instantanée à ses bornes évoluant entre + et - 325 V.

On distingue la puissance apparente définie comme étant le produit S = U.I (en VA) et la puissance active P = U.I.cos(phi) (en W). Cette puissance active est la seule qui se transforme en chaleur, et qui fait également tourner les moteurs. Bref, c'est vraiment la puissance intéressante au niveau de l'application.
On définit également la puissance réactive Q = U.I.sin(phi) en voltampères réactifs (var - notation minuscule). Cette puissance est absorbée pour la plupart des récepteurs ; par contre, elle est toujours fourniee par un condensateur.

La puissance apparente est liée à l'intensité I. Pour une même puissance active P concernant une charge alimentée à tension constante U, plus son facteur de puissance (cos(phi) <=1) est mauvais, plus l'intensité I sera importante. Et ce n'est pas bon.

En conclusion : la puissance apparente S est liée à l'intensité en ligne (et permet par exemple de dimensionner une source telle qu'un point de livraison ERDF : on souscrit une puissance apparente définie S, donc une intensité I disponible, ce qui implique l'intensité de réglage du disjoncteur de branchement pour les abonnements 3, 6, 9, 12 kVA en monophasé). Par contre, la puissance active disponible est liée à la nature des récepteurs. Mais en domestique, le facteur de puissance de la plupart des récepteurs est très proche de 1, c'est pourquoi en voulant aller vite on peut confondre les watts et les voltampères, à condition de ne pas en abuser.

Pour terminer, si l'on prend une réglette fluorescente, de par son fonctionnement son facteur de puissance est petit, donc la consommation en courant est assez importante. Si l'on veut diminuer l'intensité en ligne, il faut réduire le déphasage courant tension. On branche donc en parallèle avec la réglette un condensateur dont l'action est de réduire cet angle (la réglette absorbe Q ; si le condensateur est tel qu'il peut fournir Q, la puissance réactive du système est alors nulle).
Le condensateur est interne, on dit alors que la réglette est compensée.

Ou bien : la réglette consomme de la puissance active P en watts et de la puissance réactive Q = U.I.sin(phi) en voltampères réactifs (var) (car la réglette est un récepteur inductif - avec un bobinage appelé ballast). Si le condensateur fournit la puissance réactive consommée par la réglette, la réglette est parfaitement compensée, et l'intensité absorbée est alors minimum (c'est ce que l'on voulait faire).

On associe aux grandeurs P, Q, S un triangle rectangle d'hypothénuse S. On montre alors que S² = P² + Q². Si l'on arrive à avoir Q = 0 (dans le cas ou cos(phi) = 1, donc sin(phi) = 0), on a bien P = S.

Pour Eberlué, vos vouliez connaitre la différence P et S (et Q). On est obligé de faire appel à des notions mathématiques utilisées en trigonométrie. Des représentations graphiques dites de Fresnel aident à la compréhension. Les deux modes de raisonnement sont nécessairement étroitement imbriqués.


Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité eberlue
* 30/05/2012 - 10:02
Message #7





Invités






Donc, si j'ai bien compris, la puissance en KVA est "théorique" (désolé si je comprends de travers, mais mes cours d'électrique remontent à plus de 3 ans - je ne suis pas électricien)

@gédé : l'appareil en question est un onduleur


Merci pour vos réponses !
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité Un avis
* 30/05/2012 - 10:13
Message #8





Invités






CITATION(eberlue @ 30/05/2012 - 10:02) *
Donc, si j'ai bien compris, la puissance en KVA est "théorique" (désolé si je comprends de travers, mais mes cours d'électrique remontent à plus de 3 ans - je ne suis pas électricien) C'est celle qui va définir l'intensité disponible maximum que va pouvoir délivrer votre onduleur. Reste à savoir quelle est la valeur minimum du facteur de puissance de la charge que pourra supporter la sortie de l'onduleur. Certes, il pourra délivrer l'intensité définie, mais l'onduleur est fabriqué pour délivrer davantage de watts que de voltampères réactifs. Donc le déphasage courant tension imposé par la charge ne doit pas être trop important.

@gédé : l'appareil en question est un onduleur


Merci pour vos réponses !

Il faut donc consultrer la notice de l'onduleur pour connaitre le cos(phi) minimum supportable. Qu'alimente cet onduleur ? Quelle est sa puissance en VA ?

Avez vous globalement compris les définitions exposées dans le post précédent ?
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité eberlue
* 30/05/2012 - 10:25
Message #9





Invités






@Un avis : d'après la doc, KVA = 2.9 avec un 'facteur de puissance' de 0.82, ce qui donne 2.3 KW.

Cet onduleur est censé alimenter des PC (une 50aine d'une puissance de 135 W chacun d'après le constructeur).

Sinon, mis à part la réglette fluorescente (récepteur inductif, ballast, ...), je pense avoir compris tes explications
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité Un avis
* 30/05/2012 - 11:03
Message #10





Invités






CITATION(eberlue @ 30/05/2012 - 10:25) *
@Un avis : d'après la doc, KVA = 2.9 avec un 'facteur de puissance' de 0.82, ce qui donne 2.3 KW.

Cet onduleur est censé alimenter des PC (une 50aine d'une puissance de 135 W chacun d'après le constructeur).

Sinon, mis à part la réglette fluorescente (récepteur inductif, ballast, ...), je pense avoir compris tes explications


50×135 = 6 750 W. Le facteur de puissance des alimentations des ordinateurs n'est pas de 1, ce qui fait qu'il faudra une puissance apparente peut-être de l'ordre de 10 kVA, et certainement en triphasé. D'autre part, concernant les PC, la puissance à prendre en compte est la puissance en régime établi, mais également la puissance transitoire au démarrage. Il faut que l'onduleur puisse délivrer l'intensité maxi au démarrage sans se mettre en sécurité, donc à l'arrêt.

Il faudra une ligne alimentation ordinateurs spécialisée, avec des prises à détrompeurs de façon à ne pas pouvoir y brancher autre chose.

L'autonomie de l'onduleur dépendra de la batterie interne.

Il faut définir vos besoins car le choix du ou des onduleurs influera sur le coût de l'installation. Votre problème n'est pas aussi simple qu'il en a l'air. Peut-être devriez vous contacter une société spécialisée, car derrière l'écran on ne peut être que généraliste, on ne peut pas faire d'étude pratique précise.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité eberlue
* 30/05/2012 - 11:32
Message #11





Invités






L'onduleur est géré par une société spécialisée, SOCOMEC pour ne pas la citer.

En ce qui concerne les prises, dans chaque bureau, il y a au moins une prise ondulée (de couleur rouge avec détrompeur)

Pour le démarrage des ordis, il est étalé dans le temps (les premiers arrivent à 8h et les derniers à 9), mais il est vrai que je n'avais pas prévu ça. Merci pour ta remarque !


SUJET CLOS


(Merci pour vos réponses)
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité Invité gédé
* 30/05/2012 - 14:56
Message #12





Invités






CITATION(+ Logique @ 29/05/2012 - 22:54) *
Bonsoir,

Pas terrible comme réponse de la part d'un ancien électricien, qui devrait pouvoir mieux faire, car il semble que la réponse donnée plus haut ne satisfasse pas "eberlue". Un petit effort Mossieur Gédé cette réponse n'est pas à la hauteur de votre réputation !
Pour éviter votre réponse habituelle :
- cette réponse n'apporte aucun élément ni nouveau, ni positif !
- je ne réponds pas à ce forum car contrairement à vous, je ne suis pas un ancien électricien.

Abstenez vous svp, pour vos réponses comportant toujours des questions, (même s'il n'ya pas de point d'intrerrogation comme celle-ci) , et qui ne servent strictement à rien, sinon à vous faire plaisir...

+ Logique



Eh bien quand on n'y connait rien on ferme sa g----e.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Invité + Logique
* 30/05/2012 - 15:13
Message #13





Invités






CITATION(Invité gédé @ 30/05/2012 - 14:56) *
Eh bien quand on n'y connait rien on ferme sa g----e.





Tout à fait d'accord ,vous pouvez commencer tout de suite...

+ Logique

Go to the top of the page
 
+Quote Post

Reply to this topicStart new topic
1 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
0 membre(s):

 



RSS Version bas débit Nous sommes le : 01/11/2014 - 00:05